Sources Rencontres Traces : Exposition Costa Lefkochir

Sources Rencontres Traces : Exposition Costa Lefkochir

Les 30 années de création de l’artiste Costa LEFKOCHIR sont évoquées dans une exposition telle un voyage de vie fait d’inspiration et d’aspirations, de mots et de musiques, de gestes d’artistes et de regards aussi, de liens et de fraternité, d’ici et de là-bas… On y ressent le souffle d’un artiste, celui d’un homme et de l’humanité qui l’habite.

Si l’exposition, organisée par la Ville de Liège et l’asbl Les Musées de Liège, met en perspective 30 années de création artistique, son intention et son parcours n’adhèrent pas au schéma classique d’une rétrospective. COSTA LEFKOCHIR emmène le visiteur aux sources de son inspiration. Dans son sillage, des terres seront abordées – de la Grèce, sa terre natale à l’Afrique, sa terre de cœur en passant par la Palestine, l’Inde, le Moyen Orient, la France, la Belgique, sa terre d’adoption. Des visages se dévoileront. Poèmes, citations, musiques évoqueront. Tableaux et sculptures, photographies témoigneront. Il y a de l’intimité et de l’universalité dans ce parcours qui se déploie au Palais Curtius, le plus emblématique bâtiment du site du Grand Curtius.

Deux cent peintures, sculptures et installations – dont certaines jamais encore exposées – sont rassemblées sur les 600 mètres carrés du Palais Curtius dans une scénographie dynamique soucieuse de capter l’attention d’un large public. Ce sont ainsi dix chapitres qui se révèlent en un lumineux kaléidoscope de rencontres et d’art.

La Grèce, c’est la Crète natale de Costa Lefkochir et Paros, l’île où il vit et travaille en partie. Dans les œuvres de l’artiste, il y a la lumière dont est baignée son enfance, la blancheur des murs chaulés sans cesse par sa maman comme par tous les habitants de l’île, les moments forts de sa vie en Crète, la terre brune et rouge de Paros. On découvre la série de peintures « Lettre au Greco » en réponse à l’œuvre de Domenikos Théotokopoulos (El Greco, né aussi à Heraklion) dont la spiritualité touche profondément Costa Lefkochir. ‘Oh mon doux printemps’ vibre de l’intensité de la Pâque grecque.

Les Rencontres qui interpellent Costa Lefkochir sont autant de temps de création. Les portraits de Jésus, Gandhi, van Gerdinge, Durckheim, Char, Rilke, Rothko, Yernaux-Henry, Kazantzakis s’accompagnent de leurs citations, ainsi qu’une sélection d’œuvres.

Les Livres Scellés sont à la fois hommage à des penseurs, des écrivains et personnes importantes pour Costa et aussi le lieu de pensées intimes de l’artiste. Offrandes symboliques à l’univers, actes forts faits d’acrylique et de matériaux de récupération de toutes sortes, ils retiennent tous un texte, toujours porteur d’espoir et d’énergie positive que l’artiste rédige en secret.

L’ange est pour Costa Lefkochir le lien entre le ciel et la terre, l’immatériel et la matière. Des ailes esquissées, la pureté du blanc. Au sol, des dalles percées d’une fenêtre laissant apparaître une petite peinture. Utilisant notamment l’encre et le carton, l’artiste livre ici une œuvre aux traits légers, à la transparence diaphane.

Rencontres toujours … : celles qui figurent dans une galerie de portraits sous forme de photographies d’amis, de proches, de personnalités réalisées par la photographe Laura Lefkochir, fille de l’artiste.

Un autre espace accueille les tableaux de peintres qui ont inspiré Costa Lefkochir : Jean-Luc Herman, Arthur Grosemans, Antoni Tàpies rencontré en 1991 et en 2004. De celui-ci, Costa dira ‘Je désirais fortement cette entrevue parce que j’avais besoin de le remercier. Grâce à lui, j’ai compris qu’il ne faut pas se contraindre à employer un langage convenu. Je lui dois de m’avoir fait sentir l’étendue des possibilités d’expression’.

Viendront encore des peintures de masques africains, des bouteilles et des mandolines qu’enfants et personnes handicapées ont réalisés lors d’ateliers que Costa Lefkochir organise régulièrement. Forcément, il y a les enfants du Togo. Une révélation, un échange vrai, riche de couleurs, de regards, d’espérance. Un lien fort jamais tari depuis l’an 2000.

De « L’Afrique piétinée », première série d’œuvres réalisées en 1990 à la lecture d’un article de René van Gerdinge, aux pirogues fragiles, l’œuvre dédiée à l’Afrique par Costa Lefkochir est à la fois le fruit d’échanges avec les enfants de villages au Togo en même temps que la porte-parole d’un engagement sans faille, sur le terrain. Il y a ici le flamboiement des couleurs, la beauté pure des visages d’enfants, des matières lacérées, des livres scellés encore et aussi des sculptures, des photos, des masques africains que l’artiste collectionne depuis des années…

L’exposition se clôture par le volet intitulé ‘En cueillant les gouttes de l’univers’. Un cycle de grands formats – peintures et sculptures – nés de l’écoute de l’album ‘Close to silence’ du compositeur Frédéric Momont avec la voix de Thomas Otten.

Du 27 avril au 27 mai 2018 : exposition des œuvres les plus récentes à la Galerie Christine Colon, 12 rue St Remy à Liège. www.christinecolon.be

www.lefkochir.be